Empreinte carbone
Entreprises

L'empreinte carbone exprimée en équivalent CO2 : comment l'interpréter ?

Gautier Mulak
Gautier Mulak
CEO d'Orki

mis à jour le 20 janv. 2023

Lorsque l'on parle de lutte contre le changement climatique, il est fréquent d'entendre des termes tels que "tonne équivalent CO2", "équivalent CO2", "kg eq CO2" ou encore "CO2e". Mais qu'est-ce que cela signifie réellement ? Pourquoi est-il important de mesurer les émissions de gaz à effet de serre en termes d'équivalent CO2 ?

Il est important de comprendre que les gaz à effet de serre ne sont pas tous égaux en termes d'impact sur le réchauffement climatique. Certains, comme le dioxyde de carbone (CO2), ont une durée de vie plus longue dans l'atmosphère et peuvent ainsi causer un réchauffement plus important.

D'autres, comme le méthane (CH4), ont un impact plus important sur le court terme mais se dégradent plus rapidement. Pour pouvoir comparer les impacts de ces différents gaz, il est donc nécessaire d'utiliser une unité commune : l'équivalent CO2.

L'équivalent CO2 est donc une unité de mesure qui permet de comparer les impacts des différents gaz à effet de serre en les convertissant en équivalent de CO2. Cela permet de mieux comprendre les contributions de chaque type de gaz à l'effet de serre global et ainsi de cibler les actions les plus efficaces.

La tonne équivalent CO2 permet d'exprimer l'impact en dioxyde de carbone

La tonne équivalent CO2 (eq CO2) est une unité créée par le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) pour mesurer les émissions de gaz à effet de serre.

Cette unité permet de comparer les impacts des différents gaz à effet de serre sur l'environnement en les réduisant à une seule unité commune, le dioxyde de carbone (CO2). Cette comparabilité facilite la compréhension des émissions de GES et permet de les cumuler pour une vision d'ensemble de leur impact.

Le calcul de l'équivalent CO2 se fait en multipliant les émissions d'un gaz par un potentiel de réchauffement global (PRG) qui prend en compte la durée de vie du gaz dans l'atmosphère.

Pour calculer l'équivalent CO2 d'une émission de SF6 (sulfure hexafluorure ou encore Hexafluorure de soufre), on peut utiliser le facteur d'émission de l'ADEME qui est de 23 900 pour une année. Donc si une entreprise émet 1 tonne de SF6, cela équivaut à 23 900 tonnes de CO2.

De même, on peut utiliser le protocole GHG pour calculer l'équivalent CO2 d'autres gaz à effet de serre tels que le méthane (CH4) ou le protoxyde d'azote (N2O) en utilisant les facteurs d'émission appropriés.

Quelques équivalences pour une tonne de CO2

L'ADEME (Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie) utilise des facteurs d'émissions pour mesurer l'impact des activités humaines sur les émissions de gaz à effet de serre, notamment en termes de CO2.

Ces facteurs d'émissions permettent de convertir les données d'activité unitaires (comme l'énergie consommée ou les distances parcourues) en équivalent CO2.

Ainsi, on peut estimer l'impact d'une activité spécifique, comme la production d'1 kWh d'électricité.

Information importante

En termes concrets, on peut également dire qu'une tonne de CO2 correspond approximativement aux émissions d'un vol aller-retour Paris-New York pour une personne.

Cette équivalence est la plus parlante. Ci-dessous d'autres équivalences :

Les différents types d'émissions de gaz à effet de serre

II existe différents types d'émissions de gaz à effet de serre, qui sont généralement regroupés en trois catégories appelées "scopes". Calculer une empreinte carbone revient à exprimé, en équivalent carbone, la quantité de gaz à effet de serre rejetée par une activité économique.

Le "scope 1" regroupe les émissions directes de l'entreprise, telles que les émissions de combustibles utilisés pour produire de l'énergie ou les émissions de gaz de processus industriel.

Le "scope 2" regroupe les émissions indirectes liées à l'énergie achetée par l'entreprise, comme les émissions de centrales électriques ou de gazoducs.

Enfin, le "scope 3" regroupe les autres émissions indirectes qui ne sont pas directement liées à l'énergie, comme les émissions de transport des employés ou les émissions liées à l'utilisation des produits ou services de l'entreprise.

Pour mesurer les émissions de gaz à effet de serre, on utilise généralement l'unité "tonne équivalent CO2" (eq CO2). Cette unité permet de comparer les impacts des différents gaz à effet de serre sur l'environnement en les réduisant à une seule unité.

Ainsi, une tonne équivalent CO2 est égale à l'équivalent d'une tonne de dioxyde de carbone en termes d'impact sur le changement climatique. Cela permet de cumuler les émissions de différents gaz à effet de serre en une seule unité pour faciliter la compréhension et la communication des résultats.

Les méthodes de calcul

Il existe plusieurs méthodes de calcul pour mesurer les émissions de gaz à effet de serre en "tonnes équivalent CO2". L'une des plus couramment utilisées est le protocole GHG (Greenhouse Gas) Protocol.

Ce protocole a été développé par la World Resources Institute et le World Business Council for Sustainable Development, et il est considéré comme l'un des standards les plus fiables pour la mesure des émissions de gaz à effet de serre. Il permet de mesurer les émissions de gaz à effet de serre à l'échelle de l'entreprise, des produits et des projets.

En France, l'ADEME (Agence de la transition écologique) a également développé des facteurs d'émission recommandés pour les entreprises. Ces facteurs d'émission sont basés sur les données les plus récentes disponibles sur les émissions de gaz à effet de serre et ils permettent de calculer les émissions de gaz à effet de serre à partir de données de consommation d'énergie et de matières premières.

Les entreprises peuvent utiliser ces facteurs d'émission pour réaliser leur bilan carbone et établir leur plan d'action pour la réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Les outils pour calculer un bilan carbone d'entreprise

L'outil Orki permet de mesurer et suivre les émissions de CO2 d'une entreprise. La plateforme a plusieurs avantages :

  • Collaborative : ce qui est idéal pour un exercice qui nécessite de travailler en équipe. Elle permet, entre autres, d'embarquer des employés, des fournisseurs ou des experts sur les sujets carbone
  • Pédagogique : permet aux équipes de l'entreprise de monter en compétence sur le calcul du bilan carbone en mettant à disposition des ressources méthodologiques. Cet aspect est fondamental pour aider l'entreprise à s'approprier une problématique qui peut paraître complexe
  • Complète : elle intègre les méthodologies de calcul de l'ADEME et utilise des facteurs d'émissions reconnus. Elle répertorie également des expertises d'indépendants ou de cabinets pour répondre à des besoins plus spécifiques

Identifier pour réduire

Il est important de diminuer les émissions de CO2 pour limiter le réchauffement climatique. Avoir une unité de mesure commune permet de standardiser les calculs et comprendre les postes d'émissions de l'entreprise.

Chaque poste identifié doit s'accompagner de la mise en place d'une action de réduction. La définition d'une trajectoire bas-carbone devient un prérequis pour les entreprises. 

Ces articles pourraient également vous intéresser :

Articles similaires

Mentions légales