Réduction
Entreprises

Vers un avenir plus vert : zoom sur la Stratégie Nationale Bas Carbone

Gautier Mulak
Gautier Mulak
CEO @Orki

mis à jour le 11 sept. 2023

Face à l'urgence climatique, la France a élaboré une feuille de route ambitieuse pour réduire ses émissions de gaz à effet de serre : la Stratégie Nationale Bas Carbone (SNBC). Dans cet article, nous explorerons d'abord les fondements et les orientations de cette stratégie, avant de plonger dans ses piliers essentiels qui guident sa mise en œuvre. Enfin, nous évaluerons l'impact de la SNBC sur l'environnement et la position de la France dans la lutte mondiale contre le changement climatique.

Introduction à la Stratégie Nationale Bas Carbone (SNBC)

La SNBC n'est pas simplement un ensemble d'orientations et de directives ; elle est le reflet d'une ambition nationale. Pour saisir pleinement son importance, nous retracerons d'abord son historique, en mettant en lumière les événements et décisions qui ont conduit à sa création. Ensuite, nous dévoilerons les objectifs clés et la vision à long terme qu'elle incarne pour la France dans sa quête d'un avenir plus durable.

Historique et contexte de la mise en place de la SNBC

Face à l'urgence climatique des années 2000, la France a initié une démarche nationale pour agir. L'Accord de Paris en 2015 a été un catalyseur majeur, positionnant la France au centre des actions climatiques mondiales. Bien que la SNBC découle des engagements de la COP21, elle s'inscrit aussi dans la continuité des efforts français depuis les années 1990 pour réduire les émissions.

La nécessité d'une stratégie plus robuste a conduit à la création de la SNBC en 2015. Son élaboration a impliqué de vastes consultations, associant experts et citoyens, pour aboutir à une stratégie adaptée aux enjeux nationaux et globaux.

Objectifs généraux et vision à long terme

La Stratégie Nationale Bas Carbone (SNBC) incarne l'ambition de la France d'atteindre la neutralité carbone d'ici 2050. Cette vision guide les décisions et actions, assurant une transition écologique tout en préservant la qualité de vie et la compétitivité économique.

Les orientations et objectifs de la SNBC sont clairement définis avec des échéances précises pour réduire les émissions de gaz à effet de serre et atteindre la neutralité carbone. Ces jalons, à la fois ambitieux et réalisables, servent de repères pour orienter les efforts nationaux et garantir que la France reste sur la voie de la durabilité.

Au-delà de la réduction des émissions, la SNBC envisage une France résiliente et équitable. Elle promeut une transition où les avantages écologiques profitent à tous, assurant ainsi un avenir durable pour les générations futures.

Les piliers clés de la SNBC

La SNBC s'appuie sur des piliers essentiels définissant les domaines d'action prioritaires et les initiatives majeures. Nous aborderons ici les secteurs ciblés par la SNBC, comme le transport et l'agriculture, ainsi que les mesures clés et les défis de mise en œuvre.

Les secteurs ciblés : transport, industrie, agriculture, etc.

La SNBC cible plusieurs secteurs essentiels pour réduire les émissions de gaz à effet de serre. Qu'il s'agisse de mobilité, d'industrie ou d'agriculture, chaque domaine présente des opportunités pour une transition durable. Nous détaillerons ensuite les enjeux et actions de ces secteurs prioritaires.

Les transports

Le secteur des transports, englobant une vaste gamme allant des véhicules personnels à l'aviation commerciale, représente une part substantielle des émissions nationales. Face à ce défi, la Stratégie Nationale Bas Carbone envisage une transformation profonde : l'adoption accrue de l'électromobilité, le développement des biocarburants et une incitation à privilégier les modes de déplacement doux.

Le bâtiment

Les infrastructures, qu'elles soient résidentielles ou professionnelles, sont au cœur des préoccupations en matière d'émissions, principalement dues au chauffage et à la climatisation. La SNBC ambitionne une refonte énergétique, visant une isolation de pointe et l'intégration de matériaux à faible empreinte carbone.

L'agriculture

L'agriculture, tout en étant une source d'émissions, possède un potentiel remarquable en matière de séquestration du carbone. La SNBC promeut des méthodes agricoles innovantes, favorisant une approche respectueuse de l'environnement, l'agroforesterie et une utilisation limitée des engrais chimiques.

L'industrie

L'industrie, souvent perçue comme un secteur fortement émetteur, est en réalité au cœur de nombreuses innovations. La SNBC encourage une transition vers des technologies plus propres, une optimisation des processus de fabrication et une réduction drastique des déchets industriels. Dans cette dynamique, des entreprises se tournent vers des solutions comme Orki pour réaliser leur bilan carbone et ainsi contribuer activement à la réduction des émissions de gaz à effet de serre.

La production d'énergie

La dépendance historique aux énergies fossiles est remise en question. La SNBC préconise une transition énergétique, mettant en avant les énergies renouvelables, tout en assurant une sécurité énergétique nationale.

Les déchets

La gestion des déchets revêt une importance cruciale. La SNBC envisage une économie où les déchets sont revalorisés, favorisant le recyclage et la transformation des déchets organiques en ressources énergétiques.

Les puits de carbone

Les écosystèmes naturels, tels que les forêts et les zones humides, sont d'une importance capitale pour la régulation du carbone atmosphérique. La SNBC souligne la nécessité de protéger, restaurer et valoriser ces puits naturels de carbone.

Les mesures et initiatives phares pour réduire les émissions

La Stratégie Nationale Bas Carbone, consciente de l'urgence climatique, a élaboré une série de mesures et d'initiatives majeures pour réduire drastiquement les émissions de gaz à effet de serre. Ces mesures, basées sur des données concrètes, des objectifs chiffrés et des échéances précises, reflètent l'ambition de la France de devenir un leader mondial en matière de transition écologique.

Transition énergétique

La SNBC vise une profonde mutation du mix énergétique français. L'objectif est d'atteindre 40% d'énergies renouvelables d'ici 2030. Cet engagement se traduit notamment par le développement de l'éolien terrestre, avec une capacité projetée de 35 GW, et du solaire photovoltaïque, dont la capacité devrait atteindre 44 GW à la même échéance.

Mobilité verte

La mobilité est au cœur des préoccupations. La France s'est fixé comme objectif d'éliminer les véhicules à essence et diesel d'ici 2040. Un plan ambitieux est en cours, visant l'installation de 7 millions de points de recharge pour véhicules électriques d'ici 2030.

Rénovation énergétique

En matière de rénovation énergétique, un programme robuste a été lancé. Il ambitionne la rénovation de 500 000 logements chaque année, en privilégiant les bâtiments publics et les logements sociaux pour qu'ils deviennent des modèles d'efficacité énergétique.

Agriculture

L'agriculture n'est pas en reste. Avec un objectif clair de convertir 15% des terres agricoles à l'agriculture biologique d'ici 2022, la SNBC souhaite également réduire de 50% l'utilisation des pesticides d'ici 2025.

Économie circulaire

L'économie circulaire est également un pilier central de cette stratégie. La vision est claire : recycler 100% des plastiques d'ici 2025 et réduire de moitié les déchets mis en décharge.

Industrie

Pour l'industrie, un fonds de 10 milliards d'euros a été alloué. Ce fonds est destiné à financer l'innovation industrielle verte, en mettant l'accent sur les technologies de capture et de stockage du carbone.

Puits de carbone

Enfin, la SNBC reconnaît l'importance des puits de carbone naturels. Un engagement fort a été pris en matière de reforestation, avec une promesse de planter 50 millions d'arbres chaque année jusqu'en 2030.

Ces orientations et initiatives, soutenues par des investissements conséquents et des partenariats public-privé, démontrent la détermination de la France à agir face au défi climatique.

Les défis et obstacles rencontrés

La mise en œuvre de la Stratégie Nationale Bas Carbone est confrontée à une série de défis tangibles, nécessitant une attention particulière pour garantir son succès.

Acceptabilité sociale

Les mouvements tels que les "gilets jaunes" en 2018 ont montré que des mesures comme la taxe carbone peuvent susciter des résistances. L'adhésion du public est cruciale pour la réussite de toute initiative.

Investissements initiaux

Selon l'ADEME, environ 20 à 25 milliards d'euros d'investissement annuel sont nécessaires jusqu'en 2030 pour soutenir la transition énergétique en France.

Compétitivité économique

Avec une hausse de 4,5% des coûts de production pour les industries vertes en 2019, le défi est de rester compétitif tout en étant écologique.

Complexité technique

Le stockage d'énergie, essentiel pour une transition réussie, reste un défi. Actuellement, seulement 5% de l'énergie renouvelable produite est stockée.

Interdépendance internationale

Malgré ses efforts, la France importe 47% de son énergie, rendant la transition énergétique dépendante des politiques étrangères.

Changements de comportement

En 2020, seulement 15% des Français ont déclaré utiliser régulièrement les transports en commun, soulignant le défi de modifier les habitudes de déplacement.

Biodiversité et écosystèmes

Bien que 23% du territoire français soit protégé, la dégradation continue des habitats naturels pose un défi pour la conservation de la biodiversité.

Chacun de ces défis nécessite une stratégie spécifique, combinant des mesures politiques, des innovations et une mobilisation collective.

Impacts et perspectives d'avenir

La Stratégie Nationale Bas Carbone, depuis son instauration, a engendré des transformations notables dans le paysage environnemental français. Toutefois, chaque avancée s'accompagne de nouveaux défis et d'horizons à explorer. Dans cette section, nous dresserons un bilan des progrès accomplis grâce à la SNBC, nous évoquerons les enjeux futurs et les adaptations nécessaires, et enfin, nous situerons la France dans le contexte global de la lutte contre le changement climatique.

Les réussites et progrès réalisés grâce à la SNBC

Depuis l'instauration de la Stratégie Nationale Bas Carbone, la France a enregistré des avancées notables. Les émissions de gaz à effet de serre ont chuté de 16% entre 2015 et 2020. En parallèle, la part des énergies renouvelables a grimpé à 23% de la consommation finale en 2021, soit une hausse de 5 points depuis 2015.

La mobilité verte a également progressé, avec un parc de 400 000 véhicules électriques et hybrides en 2020, contre 50 000 en 2016. Dans le bâtiment, plus d'un million de logements ont été rénovés entre 2017 et 2021 pour une meilleure efficacité énergétique.

L'agriculture biologique s'est étendue, couvrant 10% de la surface agricole en 2020. Enfin, l'industrie et la reforestation ont également bénéficié des initiatives de la SNBC, avec une adoption accrue de technologies propres et la plantation de 100 000 hectares de forêts entre 2016 et 2020.

Les enjeux pour les années à venir et les mises à jour prévues

Avec la SNBC, la France vise une réduction de 40% des émissions d'ici 2030 par rapport à 1990, s'alignant ainsi sur la voie de la neutralité carbone. Cependant, les rapports de 2022 montrent un écart de 15% vers cet objectif. En réponse, une mise à jour majeure de la SNBC est attendue en 2023.

Une étude de 2021 suggère que les énergies renouvelables pourraient répondre à 35% des besoins énergétiques français d'ici 2030. Par ailleurs, une hausse de 20% des investissements dans la recherche verte est prévue pour 2024.

Les consultations citoyennes de 2022, rassemblant plus de 100 000 participants, ont mis en avant la mobilité durable, suggérant une croissance de 10% des infrastructures cyclables d'ici 2025. Chaque mise à jour garantira que la France adapte continuellement sa stratégie face aux défis climatiques.

La place de la France dans la lutte mondiale contre le changement climatique grâce à la SNBC

La France, grâce à la SNBC et à son engagement envers la neutralité carbone, s'est affirmée comme un acteur majeur dans la lutte mondiale contre le changement climatique. Hôte de la COP21 en 2015, elle a joué un rôle déterminant dans la concrétisation de l'Accord de Paris, visant à limiter le réchauffement climatique bien en dessous de 2°C. Depuis, la France a réduit ses émissions de 16% en cinq ans, un exploit salué lors de la COP26 à Glasgow en 2021.

Sur le plan international, la France s'est engagée à verser 5 milliards d'euros d'ici 2025 pour soutenir les énergies renouvelables en Afrique. De plus, en 2019, elle a lancé l'initiative "One Planet Summit", rassemblant plus de 50 pays pour accélérer la mise en œuvre de l'Accord de Paris.

Avec la SNBC comme pierre angulaire de sa politique environnementale, la France est non seulement en phase avec ses engagements, mais inspire également d'autres nations à intensifier leurs efforts dans cette bataille cruciale pour l'avenir de notre planète.

Articles similaires

Mentions légales